Logo WAC

interview

 

« Il y a une scène locale émergente très intéressante mais il y a peu de place pour les artistes à dimension nationale ou internationale. « 

 

Nous avons posé des questions Pascal Bouchaille qui expose des artistes dans des lieux hybrides tel un cabinet d’architecture ou un appartement bourgeois. Rencontre avec un ancien parisien qui défend une dynamique novatrice et qualitative.

 

 


Peux-tu nous parler de Bordeaux quand tu étais étudiants ? 


 

 

J’ai connu Bordeaux dans les années 1980 alors que j’étudiais à Science Po. Cette période était rythmée par les actions menées par la DRAC, la dynamique de l’ancien directeur du CAPC Jean-Louis Froment et l’arrivée du FRAC Aquitaine. J’ai rapidement eu une passion pour l’art contemporain à cette période là et décidé très vite de devenir un acteur, un passeur, un défenseur et un producteur d’art. Autrefois, il y avait clairement trois grands rôles, celui d’artiste, de collectionneur ou de professionnel (conservateur, critique ou galeriste).

 

 

Quel a été ton parcours?

 

 

Très rapidement, je me suis intéressée au modèle de la galerie car c’est le lieu où tu peux le plus accompagner un artiste sur du long terme. J’ai d’ailleurs dirigé deux galeries : Laage-Salomon et Daniel Templon à Paris. Puis, j’ai fait une parenthèse avec le monde de l’art contemporain pour me consacrer à la stratégie en communication pour des marques de luxe. J’ai eu beaucoup de liberté car je faisais du conseil auprès de grandes maisons sur des problématiques de positionnement de marques et de lancement de produits.

 

Après 8 ans, j’ai décidé de me consacrer de nouveau, à l’art contemporain car je me sentais trop éloigné des artistes, même s’il y a beaucoup de création dans le luxe et la mode.

 

Dix ans après, j’ai retravaillé avec Daniel Templon, mais je me suis rendu compte très vite que le modèle de la galerie : un espace unique, l’ouverture et la fermeture quotidienne et une programmation de 8 /10 expositions par an n’était plus pour moi.

 

Je recherchais plus de libertés, des projets divers et j’ai commencé une activité indépendante de conseils auprès d’entreprises, de collectionneurs privés et d’artistes pendant six ans.

 

 


Comment s’est opéré ce retour à Bordeaux ?

 

J’ai décidé de revenir à Bordeaux car la ville a beaucoup évolué, il y a aujourd’hui une forte attraction pour ce territoire, une dynamique qui me semblait intéressante et une qualité qui correspondait à mes propres envies. Même si la première année, j’étais trop souvent à Paris. Après avoir analysé le fonctionnement de l’art à Bordeaux, j’ai trouvé intéressant de présenter des artistes qui n’étaient pas forcément exposés.

 

Il y a une scène locale émergente très intéressante mais encore peu de place pour des artistes de dimension nationale ou internationale en dehors des institutions très établies.

 

 


Quelle alternative as-tu trouvé pour présenter de l’art ? Et notamment les oeuvres de Vincent Mauger ?  

 

 

L’idée n’était pas d’ouvrir une galerie mais de réfléchir sur des espaces d’exposition dans des lieux inédits. Souvent, je commence par chercher des lieux adaptés à la présentation des oeuvres. C’est le cas pour Vincent Mauger dont je suis le travail depuis longtemps.

 
Je voulais des lieux spécifiques où il puisse présenter la diversité de son travail.

 
Une installation in situ, dans le cas des Glacières, entrepôt reconverti en agence d’architecte où Mauger a proposé de suspendre et enchainer des blocs à l’intérieur et à l’extérieur de l’espace. Ce dispositif que l’on peut penser complexe, qui peut relever de l’exploit est en fait beaucoup plus simple que l’on imagine. Il joue sur nos perceptions des œuvres, des matériaux, de l‘espace comme pour les nouvelles sculptures réalisées cet été et présentées dans le deuxième espace, Le Club des Parisiens de Bordeaux, appartement privé plus classique. C’est aussi important de montrer des pièces inédites, qui n’ont pas été encore vues.

 

 


Comment est-ce que tu travailles avec tes artistes ?  

 

 

De manière très libre. C’est un plaisir de croiser les artistes, d’initier des relations comme je le fais pour le Nid Urbain Nomade / NuN au Jardin Botanique avec Hicham Berrada et Erik Samakh. L’idée est d’avoir une grande liberté de choix, de ne pas être un simple agent d’artiste mais d’essayer de mettre en œuvre des projets pour créer de nouvelles collaborations, de présenter autrement des œuvres d’art.

 

Les grandes galeries sont en train de se partager les artistes très reconnus au niveau mondial. Si on oublie les « stars », il y a encore une place pour montrer des artistes intéressants émergeants ou confirmés à un public large.
Je crois beaucoup à la diffusion de la culture à travers des expositions car nous organisons des événements gratuits d’accès libre. C’est très important d’avoir des espaces de diffusion, de pédagogie, de transmission pour tous les publics, étudiants, amateurs, curieux et aussi collectionneurs car n’ayant pas de subventions, je dois me financer comme une galerie par les ventes.

 

 


Penses-tu qu’il y a un réel public de collectionneurs dans la région ?

 

 

Je pense qu’il y a réel public d’amateurs, de collectionneurs dans la région, cultivé informé mais qui ne peuvent pas être de tous les vernissages à Paris ou ailleurs, de toutes les foires.
C’est intéressant pour eux d’avoir une offre dans la ville dans laquelle ils vivent et des propositions de qualité.

 

 


Peux-tu nous parler de ton projet de NID pour Agora 

 

 

Le nid urbain nomade / NuN répond à un appel à projet dans le cadre d’Agora. C’est porté par le Club des Parisiens à Bordeaux, l’Agence Urb1n, et Art & Communication, ma propre structure, comme un hommage des nouveaux arrivants à la Métropole. Ce qui nous intéresse dans ce projet, c’est d’envisager la relation au paysage par la mutation climatique.

 

Le nid est un observatoire à un niveau local et mondial. Il développe un axe architectural que l’on pourrait déplacer dans différents endroits et une volonté de proposer des artistes qui travaillent sur la nature. Enfin, une dimension plus théorique sur l’Anthropocène, une conférence d’Agnès Sinaï, sur cette thématique a été organisée.
Nous devons réfléchir urgemment à toutes ces questions de décroissance ou de post-croissance.

 

 


Comment penses-tu l’avenir pour Bordeaux ?  

 

 

Ce qui m’intéresse en m’installant à Bordeaux, c’est de proposer une expérience différente de l’art contemporain et, modestement, être un acteur de cette vie culturelle en développement.

 

Je ne crois pas qu’une ville puisse se développer que par la puissance publique et/ou politique. Ceci ne veut pas dire qu’il ne peut pas y avoir de collaborations intelligentes. Si on souhaite une réelle dynamique, les pouvoirs publics ne peuvent tout contrôler, tout labelliser.

 
Il faut insuffler des poches de liberté, d’initiatives créatives qui peuvent certes, être accompagnés mais pas administrés. Laissons plus d’espace aux créatifs.

 

 


Que conseilles-tu pour la ville de Bordeaux ?  

 

 

Je ne suis pas conseil de la ville de Bordeaux. Mais concernant les arts plastiques, je pense que les villes doivent réapprendre à valoriser les actions culturelles sans se les approprier. Trop souvent, les villes s’emparent de la problématique culturelle, de la création contemporaine pour en faire une promotion à des fins touristiques, économiques ou d’image. C’est bien mais loin d’être suffisant.

 

Elles n’ont pas forcément l’expertise, le courage, les connaissances pour mener des projets ambitieux et novateurs.

 

 


Tu dénonces donc un art lisse ?  

 

 

Non pas très lisse mais souvent trop consensuel. L’art est une source de dérangements, de déplacements, d’interrogations. Le pouvoir public est à la recherche du contraire : le consensus. Il faut laisser plus de liberté et faire plus confiance à tous les professionnels de l’art, directeurs d’institutions, curators, artistes, galeries, collectionneurs,…

 

 


Mais l’art a longtemps été le fait du prince ?

 

 

Oui mais lorsque le prince est éclairé, il délègue et donne les moyens à des personnes qui font de véritables choix et ont de réels partis pris.

 


Quel est le point positif du WAC selon toi ?

 

 

C’est une initiative très intéressante qui fédère différentes énergies créatives. J’ai été très surpris de constater que le milieu de l’art était éclaté entre différents groupes, réseaux, chapelles qui ne se croisent pas si régulièrement.
Les informations ne circulent pas forcement entre ces divers circuits.
Il manque peut-être un lieu qui fédère toutes ces énergies.

 

 


Est-ce pas ce rôle n’est pas joué par le CAPC avec son aura internationale ?

 

 

C’est vrai que le CAPC a un rôle essentiel à jouer dans la ville et je regrette qu’il ne soit pas plus pensé comme un lieu de rencontres, d’échanges et de convivialité.
C’est une institution qui doit s’ouvrir davantage et favoriser les croisements.
Le WAC est intéressant car il rassemble des acteurs qui ne font pas les mêmes choses, qui n’ont pas les mêmes histoires mais décident au moins de mener une action commune à un instant donné. Mais, ça ne dure que trois jours, ce n’est donc pas suffisant.

 

 


Penses-tu à un lien qui réussit à concilier art contemporain et convivialité ?

 

 

Oui le Palais de Tokyo à Paris, est à la fois extrêmement ouvert avec ses événements, sa librairie, ses restaurants, ses bars et exigeant dans sa programmation. Bien sûr, on peut toujours lui reprocher son petit côté « hype », connecté mais il reste une forte attraction pour une jeunesse curieuse, créative, et également pour des publics divers, touristes comme locaux. Il y a un renouvellement permanent, une véritable énergie.
C’est la preuve que l’on n’est pas obligé de faire une programmation accessible pour attirer un public. Loin de moi de penser que celle du Capc est accessible.

 

 

 


Que penses-tu de la stratégie culturelle bordelaise ?

 

 

Tout d’abord, on ne peut pas dire qu’elle ne soit pas très active.
Pour des raisons stratégiques, on a beaucoup remis en question l’idée d’un grand événement d’art contemporain, suite à Evento
Il est toutefois nécessaire de créer des moments forts pour attirer l’attention sur l’activité quotidienne des acteurs locaux. Des expositions phares, attractives, des productions nouvelles d’artistes contemporains, permettent de faire résonner un tissu ancré dans le territoire.

 

 


Il manquait peut-être pendant longtemps un temps fort dans l’art contemporain à Bordeaux ?

 

 

Dans le paysage bordelais, il y a beaucoup de propositions intéressantes mais il manque en effet, un moment fort national, voire international où les différents acteurs du monde de l’art viennent à Bordeaux, et où on permet au public local de découvrir une création contemporaine internationale.
Le milieu de l’art est un écosystème où les gens doivent entrer en contact, se voir, échanger : artistes, espaces de diffusions et visiteurs. Par exemple, lors de mon dernier vernissage, un galeriste parisien a rencontré un artiste bordelais et a visité son atelier. On verra quelles seront les suites de cet échange.
La rencontre dans l’art est quelque chose d’essentiel pour faire émerger de nouveaux projets.

 

 


Quels artistes devraient défendre une mairie comme Bordeaux ?

 

 

Je ne suis pas sûr que ce soit à moi de donner une liste.
Il est important que la ville de Bordeaux propose des productions nouvelles, des oeuvres qui n’ont jamais été visibles ailleurs, des expositions rayonnantes. Si Bordeaux veut devenir une métropole incontournable, la question de la qualité des projets culturels sera rapidement posée. La réponse quantitative ne sera pas suffisante. La douceur de vivre non plus.
De plus en plus de nouveaux arrivants à Bordeaux sont cultivés, exigeants et ont un besoin, une envie de culture. Il faudra les satisfaire.
N’oublions pas que la LGV, c’est aussi Paris à 2h de Bordeaux pour des gens qui ont les moyens, le risque est d’aller se rassasier ailleurs. Les autres resteront insatisfaits.

 
 

Propos recueillis par Maylis Doucet.

 
Vincent Mauger et Pascal Bouchaille aux Glacières à Bordeaux, Photographie de Madeleine Le Maire.

 

→ Retrouvez la programmation de Pascal Bouchaille pendant le WAC ici

Vincent Mauger