Logo WAC


39 rue Bouffard

33000 Bordeaux

05 56 10 14 00

madd@mairie-bordeaux.fr

www.madd-bordeaux.fr
facebook

 
 

Oh couleur ! Le design au prisme de la couleur
Jusqu’au 5.11.2017

Oh couleurs ! est une exposition inédite qui explore les liens entre la couleur et le design à travers une sélection de quelques 400 pièces d’Hella Jongerius, Verner Panton, Philippe Starck, Ettore Sottsass, Irma Boom, Donald Judd, Jeff Koons, Le Corbusier, Paco Rabanne, etc.

C’est une explosion de couleurs qui prend place dans le bâtiment austère de l’ancienne prison située à l’arrière du musée. Chocs visuels des couleurs qui interagissent, histoires inédites autour de la couleur industrielle, choix d’objets parfois inattendus, design de la nature … c’est une exposition qui est destinée à tous les publics, des spécialistes aux amateurs, en passant par les enfants.

La couleur influence directement notre perception des objets et la façon dont on interagit avec eux. Elle participe également de la définition des périodes chronologiques et des styles. Autant d’aspects que les visiteurs pourront découvrir à travers des exemples constitutifs de l’histoire des objets et du design. Le sujet est si vaste que le parti pris de cette exposition est de l’interroger à partir de différents points de vue, en donnant notamment la parole à des spécialistes des domaines du design, de la mode, de l’industrie et de la sociologie. Ils mettront en évidence l’ambiguïté du concept de couleur.

Mise en scène par le designer Pierre Charpin, créateur de l’année Maison & Objet 2017, Oh couleurs ! est la première exposition présentée dans ce lieu atypique.



Oh couleur !
Vue partielle de l’exposition
Oh couleur !
Vue partielle de l’exposition


Oh couleur !
Vue partielle de l’exposition
Le Musée des Arts décoratifs et du Design

Le musée est installé dans un hôtel particulier, l’hôtel de Lalande, construit à Bordeaux entre 1775 et 1779 pour le conseiller au parlement Pierre de Raymond de Lalande. Cette maison va changer de statut au fil du temps.

En 1880, elle est rachetée par la Ville qui y installe tout d’abord les services de police et y construit une prison, à l’arrière de l’hôtel, à l’emplacement du jardin. Puis la Ville établit un premier musée d’Art ancien, en 1924, qui sera transformé en musée des Arts décoratifs en 1955. En 1984, le musée est réaménagé pour évoquer une riche demeure aristocratique, emblématique du siècle des Lumières bordelais et les réserves de ses collections sont logées dans l’ancienne prison.

Récemment, en 2013, à l’initiative de Constance Rubini, l’institution est renommée musée des Art décoratifs et du Design, signifiant ainsi la volonté d’en faire un lieu majeur de diffusion de la culture du design. En 2016, l’espace de la prison est vidé afin d’étendre la surface du musée ouverte au public.